Unknown Track - Unknown Artist
00:0000:00

SOUTENIR MON PROJET A PARTIR DE 1€

EURASIAN TOUR DECEMBRE 2021

PAR MATTHEW  IAKOPA ©

EURASIAN LOVE 777.jpg
paris_640x480.jpg
France. Paris.
tokyo-pop.jpg
Japon . Tokyo
ban-gioc-waterfall-4165425_960_720.jpg
Viet Nam.
Ban Gioc Cascade
index.png
s-l400.jpg
langfr-1280px-Flag_of_the_People's_Repub
flag_of_japan_bordered.png
drapeau-viet-nam.jpg
langfr-1280px-Flag_of_Laos.svg.png
langfr-1280px-Flag_of_Thailand.svg.png

"La jeunesse n'est pas une période de la vie, elle est un état d'esprit. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années, on devient vieux, parce qu'on a déserté son idéal".

Général Mac Arthur

     L'Eurasian-Tour est un projet de voyage à la fois romantique et original, entre Europe et l'Asie du sud-est, via le mythique "Transsibérien". L'Eurasian-Tour débutera au départ de Biarritz, puis de Paris (Gare de l'Est) et aura comme terminus la ville de "Chiang-Mai" en Thaïlande. Entre ces 2 points, je traverserai pas moins de 7 villes incontournables pour tous véritable routard galactique: Moscou, Tokyo, Pékin, Kunming, Hanoï, Vientiane, Bangkok, jusqu'au véritable terminus de mon voyage, "Chiang-Mai", l'âme puissante de l'ancien Royaume de Siam.

     Le concept principal de ce périple étant de ne pas prendre l'avion (train, cargo, vélo, etc, avec un bilan carbone quasi-nul) et de voyager à l'ancienne. C'est aussi un "carnet de route" en devenir, où il s'agira de parcourir plus de 9500 à 10 000 Kilomètres rien que pour le tronçon "aller", tout en traversant près de 8 pays phares de l'Asie (Russie, Japon, Chine, Vietnam, Laos, Thaïlande, Malaisie, Singapour). Date estimé du départ : fin 2020. Durée totale du périple, avant le tronçon "retour" en Cargo : entre 6 mois et 12 mois.

     Une aventure qui n'est pas sans rappeler celle des voyageurs, des écrivains en particulier, du 19ème siècle et début 20ème siècle, qui étaient épris de paysages sur de longues distances, ainsi que des rencontres improbables, que seule cette manière de voyager en totale liberté -hors du temps et des contraintes matérielles- est encore en mesure d'assouvir.

 

L'EURASIAN-TOUR C'EST QUOI ?

TRAVEL PLAN EXPRESS ET CONCEPT

   L'Eurasian Tour, est vous l'aurez compris un projet de voyage entre terre et mer. Le concept est simple, éviter de prendre l’avion, durant tous le trajet aller et retour. Prendre le temps de respirer, de rencontrer, d’aimer, d’échanger. Un voyage à l’ancienne donc, comme l’affectionnait les écrivains et explorateurs du 19ème et début 20ème, à l’époque où l’avion n’existait pas et en était encore à ses balbutiements. Un voyage où nous ne sommes plus prisonniers du temps, mais simplement compagnon fortunée des paysages qui s'offrent au voyageur intrépide. Une manière aussi de prouver qu'il existe maintes alternatives à l'avion, malgré la disparition des liaisons maritimes grandes distances. Les moyens de transport que j'utiliserai seront principalement : train, bus, vélo, à pied, bateau. Je souhaite rajouter un "challenge sportif" au niveau du delta du Mekong en canoe-kayak durant mon séjour en Thailande.

   Départ Biarritz, puis Paris, et terminus Chiang-Maï en Thaïlande du Nord via Bangkok. Pour faire simple, l’EURASIAN-TOUR est un projet de voyage à l’ancienne, visant à voyager en Asie uniquement entre terre et mer, sans passer par l’avion, et effectuant une boucle à partir de Kuala Lumpur, pour le retour par mer en Europe. Le terminus de l’aller est en Thaïlande du Nord. Je compte rester environ deux à trois mois sur Chiang Maï, pour ensuite rejoindre la Thaïlande du Sud, plus précisément l'ile mystérieuse de Koh-Tan, autrement appelé "Ile de la sérénité". Je compte rester un certain temps également dans cette partie du sud de la Thaïlande. La Thaïlande authentique de l'avis de tous les backpapers, se trouve plutôt au nord et à la jonction du Laos et du Mékong.

    La voyage aller et retour, n'est pas une sinécure. Je devrai parcourir au total, 20 000 Kilomètres environ, en distance réelle (en additionnant le tronçon aller et retour du trajet), rien que pour arriver à Chiang Mai, entre le train et le bus, au départ de Biarritz en France, jusqu'à mon arrivée au terminus (Chiang Mai) et environ 5900 miles nautique en bateau de Port Kelang (Malaisie) à Malte. Il me faudra compter environ plusieurs mois de voyages au total sur le tronçon aller, et autant au retour, en incluant les escales et les temps de repos nécessaires. En particulier, à Pékin, où je pense prendre en profiter et me reposer durant trois jours, dans un magnifique petit hôtel "traditionnel" que j'ai repéré, près de la cité Interdite ! Ambiance "Tigres et Dragons" garantie ! Je vais devoir remettre à niveau mes techniques de Kung-Fu, quelque peu rouillé ! Blague à part, la Chine en soi, mérite amplement un voyage exclusif, à elle toute seule. Environ 8 pays seront traversés et autant de villes prestigieuses : Biélorussie, Russie, Japon, Chine, Vietnam, Laos, Thaïlande, Singapour, avant le retour en Europe. 

     Ce périple devrait en principe s'étaler sur une année. C'est le voyage d'une vie pour votre serviteur. En introduction toute temporaire, l'Eurasian-Tour est un concept de voyage en boucle, le trajet aller étant foncièrement différent d'avec le trajet retour au niveau de l'itinéraire. C'est une aventure humaine, intérieure et, surtout animée par le désir sincère de découvrir et de m'imprégner de chaque culture, chaque lieu et chaque peuplade d'Asie, que je découvrirai durant ces longs mois. C'est une sorte de Pékin Express, mais en bien mieux, et sans aucun enjeux.

 

DE BIARRITZ A CHIANG MAI

VIA VLADIVOSTOK.

    Symboliquement, je tenais à partir de Biarritz. Pour maintes raisons, trop longues à développer ici, et un peu intimes aussi. Biarritz, est l'une des villes les plus romantiques de France selon moi. Pour un tel voyage, ça coulait de source pour moi, que de prendre son envol de la carte "postale" du Pays Basque. La partie aller, me fera passer par Moscou vers Vladivostok pour rejoindre le Japon en ferry. Biarritz direction Moscou via Paris Gare de l'Est. Aucune autre option pour rejoindre l'Asie à ce stade. L'autre route usuelle, via l'Orient (ancienne route de la Soie via la Turquie et l'Iran puis Pakistan) étant plus difficile à pratiquer de nos jours, du fait du contexte international tendu dans cette région, pour rallier l'Asie au mieux. En suivant ce trajet, je serai aux portes de l'Asie (à Vladivostok) en même pas 21 jours avec les haltes repos. Plutôt correct non ?

    La Russie des tsars, en principe, je n'y ferai qu'une halte de deux à trois jours, juste le temps de découvrir la Capitale, Moscou d'où part le "Transsibérien". Toutefois, la Russie mériterait mieux qu'une simple halte. Si j'ai le budget pour le lac Baïkal, je n'hésiterai pas à y faire un saut ! Le mythique Transsibérien m’amènera ainsi jusqu'à Vladivostok, a l'extrême Est de la Sainte Russie. De là, direction express pour le Japon par ferry, et cela sera là, mon vrai premier pas en Asie. Le voyage à bord du Transsibérien jusqu'à Vladivostok, est d'environ 7 jours, comme le Moscou-Pékin via le Transmongolien. A Vladivostok, j'aurai le Japon en ligne de mire..

    Le Japon est un pays qui me passionne à l'extrême, depuis mon adolescence. C’est surement le pays d’extrême-orient qui est le plus fascinant pour l’occidental que je suis, épris de culture Japonaise depuis mes 15 ans où je lisais mon premier ouvrage sur le Zen. Le transit par le Japon devrait durer au moins un mois. Au programme : Tokyo, Kyoto, et la bourgade de Takahashi où j'ai plusieurs choses à voir. Des maisons à 1 euros, jusqu'aux Temples Shintoïste, allégrement décrit dans le best-seller "Shogun" de James Clavell. Les lieux d'exceptions sont trop nombreux au Japon, pour les décrire ici. Enfin, d’Osaka, il s’agira pour moi de rallier Shanghai là encore, en ferry.

    Une fois, en Chine, je ne compte pas m’éterniser à Shanghai, car, sauf pour les affaires, cela n’est pas une ville pour l'humble routard. Je compte plutôt aller à Pékin (Beijing) car c’est une ville beaucoup plus culturelle et riche d’une histoire plurimillénaire; visiter la Cité Interdite -off course- et la Grande Muraille sont au programme. Une fois, à Pékin, je pense y faire une halte, comparable à celle du Japon (entre 3 et 4 semaines) avant de repartir pour le sud de la Chine, puis enfin l’Asie du Sud Est. Après Pékin, par le train, je prendrai la direction de Kunming (environ 2 à 3 jours de train).

 

    Kunming, est une ville saisissante à bien des égards, mais très moderne aussi, mais, est représentative de l'antique Chine. Mon plan de voyage ne prévoit pas de s’y éterniser, au-delà d’une simple halte repos. De Kunming, se trouve enfin la route fort peu connu qui me conduira directement en Asie du Sud Est, via la frontière terrestre avec le Nord Viet Nam (Lao Cai). Je prendrai donc un autre train, à Lao Cai, à cette frontière terrestre, pour rejoindre le réseau ferré Vietnamien, afin de rallier la capitale de la perle de l'Asie : Hanoï. A la sortie de la Chine, c'est une autre Asie qui s'offrira à moi parait-il., celle du fameux Triangle d'Or, et de légendes de toutes sortes...

   Ainsi, une fois sorti de Chine, direction notre cher Viet-Nam, je prendrai la direction Hanoii. Je souhaite découvrir au moins durant un mois, ce magnifique pays et joyau de l’Asie du Sud Est qu'est le Viet-Nam, et avec lequel la France a tant de liens historiques et affectifs. L'un de mes lieux de prédilections pour cette découverte, sera l'incontournable Baie d’Halong, dont les nuits au clair de lune sont parait-il féériques. Dormir à la belle étoile ou dans un de ces multiples lodges ou petit hotel qui bordent la baie, est au programme. J'espère également rester un bon mois, au Viet-Nam. Je ne compte pas rester à Hanoii ou Saigon très longtemps, juste le temps d'en faire le tour, et d'en humer l'essence.

    Pour rejoindre l'ancien royaume de Siam (Thailande), depuis le Viet-Nam, il n'y a pas 36 (chambres de Shaolin ?) solutions. Il y a le bus et le train, mais, ce dernier demeure une option très compliquée. L'option du bus, via Vientiane, reste à mon sens, selon ce que j'ai pu en lire de routards expérimentés, la meilleure option. Le trajet Hanoii direction Bangkok prend deux jours en bus, via Vientiane. J'espère là encore, fait un arrêt escale et repos au Laos. A vrai dire, je n'ai pas beaucoup d'idées prédéfinis sur le Laos, mais, tous les retours que j'ai eu sur ce pays sont très positifs. Il mérite le détour. Pour un petit budget comme le mien, c'est d'autant plus, un pays très accessible. Après le Loos donc, le voyage vers Bangkok ne sera plus qu'une formalité.

    Une fois à Bangkok, la halte repos, ne sera pas longue, tout au plus d'une semaine. J'ai l'expérience d'un road trip en Grèce en 2008, qui m'a apprit qu'il faut toujours bien se reposer entre deux points fortement éloignés. Un voyage par principe, quelle que soit votre forme ou niveau sportif, cela fatigue tant nerveusement, que physiquement. C'est une réalité connue de tous les voyageurs longue distance, que ça soit en avion, ou par un autre moyen de transport et qu'il ne faut pas sous-estimer, au risque de ternir, voir de rater son voyage...  

     A Bangkok, je ne serai plus très loin de mon premier "terminus", la ville et ancienne capitale du Siam (Ayutthaya) puis enfin prendre place à Chiang Mai, où je compte prendre racine. Une fois dans cette région de l'Asie, en plein cœur du Triangle d'Or, j'espère rester au moins deux mois sur place, dans un logement AIRBNB, préalablement repéré, jouxtant une réserve "sauvage", où la protection des éléphants est Reine. J'ai aussi prévu de participer aux activités d'une ONG, qui se consacrent à la protection des éléphants en Asie.

    C'est de là, si Dieu le veut, que je commencerai mon challenge sportif en canoé kayak sur une portion de 200 km, sur le delta du Mekong, sur la portion Thaïlandaise de ce grand fleuve. L'ONG que je souhaite ardemment aider, tant par mon bénévolat, que par ma recherche de fond, est le Kerchor Elephant Eco Park (official web) qui est une toute petite structure, géré par une micro-communauté Karen (la principales des ethnies de Thaïlande, plus connue pour ses magnifiques femmes girafes). 

     Une fois en Royaume de Siam, les perspectives sont nombreuses. Les activités aussi. Après le Nord, je souhaite rejoindre le sud, vers l'ile de Koh Tan. J'ai lu beaucoup de choses sur ce recoin de Thaïlande, et c’est vraiment un lieu à découvrir si on passe dans le coin. Les trains fonctionnent très bien en Thaïlande. Le réseau ferré y est très conséquent et le maillage du territoire très bien réparti. Phuket et le sud sont facilement accessible en train à partir du Nord. Cela sera la dernière phase aller de mon voyage. Il s'agira pour moi, de rejoindre ensuite la Malaisie par le biais de l'Orient Express d'Asie : L'Eastern & Oriental Express, si le budget me le permet. Disons le, le coût d'un Bangkok-Singapour est de 3100 € en prix de base, et cela n'est pas donné.

    Voilà, se termine donc la partie aller de mon voyage. Je pense que lorsque j'aurai réalisé tous ces objectifs, entre six et huit mois, se seront écoulés, au bas mot. J'espère que je garderai le fil conducteur de ce plan de voyage, qui reste le plus passionnant pour moi, mais surtout le meilleur que je pouvais imaginer, et Dieu sait, si je dispose d'une imagination fertile. Il faut maintenant repartir vers l'Ouest, revenir, vers la terre de mes ancêtres. Pour cela, je prendrai la voie des mers, car celle-ci, pour les initiés, il est encore possible, sous réserve et contrainte de voyager d'un continent à l'autre, par l'océan, la voie des mers Qui sait, peut-être un jour, ce mode de transport redeviendra t'il la norme....

 

 

 

 

 

 

 

 

show_detail.jpg
France. Biarritz.
Russie Transsibérien
pekin-cite-interdite-2.1486175.w740.jpg
Chine .
Cité Interdite

LE VOYAGE D'UNE VIE